Pourquoi le Nahr Ibrahim

À cause de sa richesse en ressources naturelles (eau, biodiversité, paysages) ; de la complexité de l’utilisation du territoire (agriculture tout le long, villégiature en amont et industries en aval); de la pression démographique qu’il subit de par la proximité de l’autoroute principale, la ville de Byblos…. Un nouveau paradigme urbain et enfin à cause des enjeux sur les usages : mise en place du barrage de Janna, spéculation foncière, ouverture d’autoroutes…

Ce bassin de vie en transition représente un cas unique pour le Liban celui d’offrir la possibilité de témoigner des métamorphoses radicales qu’ont subi les Bassins versants de Nahr Beyrouth, Nahr el Damour, Nahr el Kalb et Nahr el Bared et par suite de permettre un suivi des changements passés et d’anticiper ceux à venir.

Le Nahr Ibrahim représente aussi à l’échelle du bassin méditerranéen un enjeu unique celui de représenter un témoin qui va de plus de 1600 mètre d’altitude jusqu’ à la mer regroupant la majorité des enjeux méditerranéens environnementaux, agriculture, développement, conflit sur l’eau, barrage, spéculation foncière, pollution, développement industriel, développement touristique, proximité de la ville.

Ce témoin encore unique de par l’intégrité de ses écosystèmes et par la fragilité des pressions de développement attire aujourd’hui l’attention non seulement de la communauté scientifique au Liban mais également celle de l’ensemble des pays méditerranéens

O-LiFE ambitionne d’initier une approche multi-disciplines et pluri-annuelle autour des thematiques animant ce bassin de vie afin d’accompagner sa transition vers un développement plus durable. (lien vers la brochure en pj). 

Le Nahr-Ibrahim, un bassin de vie en transition- 2020